Axe "Mises en relation"

Axe « Mises en relation »

 

Descriptif

            « Le nouveau n’est pas dans ce qui est dit mais dans l’événement de son retour » (Foucault)

 

            Cet axe s’interrogera sur les modalités de la mise en relation de plusieurs entités distinctes (plusieurs média, plusieurs genres, plusieurs langues, plusieurs « cultures ») dans le contexte social, politique, linguistique et économique : questions de perception, de passage, de médiation, d’appropriation, d’adaptation, de transfert, de traduction, mais également de transaction.  Il s’agira de penser le dialogue, d’en explorer et décrire les enjeux en dépassant les oppositions binaires dans une perspective sociétale et politique. Le pluriel sera privilégié par rapport au duel pour explorer et définir la complexité, les difficultés mais également les « bonheurs » inhérents aux interactions.

 

            La problématique centrale portera sur l’espace de cette relationle lieu de cet intermédiaire –  des agents de sa mise en œuvre et de ses effets : quel événement s’y produit-il ? Y a-t-il de l’irréductible, et donc de la perte, un décrochage, du reste, du résidu (Lecercle)?  Ou au contraire que gagne-t-on dans cette médiation, dans ce déplacement de l’un et de l’autre (et du mouvement en retour), dans ces « branchements » (Amselle) ? Débouche-t-on sur la création d’un élément tiers ? Le lien crée-t-il un nouveau savoir, une nouvelle esthétique ? Quelle herméneutique se dessine dans les entrecroisements fertiles entre plusieurs termes mis en relation ? Quelle est la pertinence de ce lien dans le contexte social, culturel, politique, linguistique, historique et économique ? Cet aspect de la réflexion portera sur l’analyse de la société et des forces qui la traversent (langue, culture, politique et économie) et prendra en compte les diverses définitions de l’idéologie (Eagleton), mais également les notions d’imaginaire et de représentation lorsqu’elles sont prises dans ces rapports de forces sociales.

 

            Les temporalités de ces mises en relation (périodes différentes, va-et-vient entre passé et présent - statut même de ce passé qui n’est convoqué qu’à posteriori et donc reconstruit dans le présent -, résurgences, court-circuitages, parasitages, échos historiques, effets-miroirs) seront explorées, tout comme leur avènement et leurs incidences : sont-elles fortuites, voulues, nécessaires, inévitables dans la recherche d’une analogie entre les termes, dans la labilité de la rencontre ?  Il s’agira de comprendre comment nos sociétés contemporaines traitent du rapport au passé et projettent un avenir. La postmodernité certes recycle, mais elle crée du nouveau qui se caractérise par l’hétérogénéité, l’expérimentation, le mélange des modes linguistiques et non linguistiques de l’expression, l’intersémioticité, le brouillage des genres. La mondialisation, communément envisagée en termes d’espace et d’échanges, sera ici repensée en termes de temps d’un point de vue conjointement esthétique et politique. Elle prendra la forme, par exemple, d’une analyse du rythme, du montage, dans la pratique de la traduction par rapport au support filmique, lorsque ce medium se veut poétique, tandis que la poésie emprunte son langage à la technique cinématographique.

 

            On s’interrogera sur les modalités des rapports établis et leur caractérisation par les outils (validité et impact de ces outils, emprunts d’outils à d’autres disciplines ou champs de savoir). La question de l’interdisciplinarité sera donc au centre de nos préoccupations : adéquations ou adaptations entre plusieurs disciplines connexes et les épistémologies qui les sous-tendent (anthropologie, sociologie, économie, sciences politiques, linguistique, théorie de la communication). L’étude sociolinguistique de la langue parlée en milieu urbain en France, en comparaison avec les études anglaises, en est une des illustrations (Carr).

 

            En particulier, seront abordés la communication et ses tensions, ses impasses, la notion de « néo-genre » (par rapport au modèle convoqué), la résistance mise à jour dans l’intervalle, l’interstice (Spillers), mais également l’instabilité constitutive de l’entre-deux (Sibony) (liminalité [Broafhurst], dynamique, fluidité, mais aussi opacité (Segalen), entremêlement, entrecroisements, interlangues). 

 

            On tentera de décrire les dissociations, les embranchements, les bifurcations et les interfaces, tout comme ce qui fait retour (revitalisation, réappropriation, résurgence) entre répétition (Freud, Deleuze) et relance pour définir une politique de l’ « intervenant », dans le sens de ce qui advient entre, sans oublier le sens commun d’intermédiaire (médiateur, agent, transition, action) que ce terme convoque.

 

            Puisant nécessairement dans les concepts et disciplines que sont le dialogue (Bakhtine), le discours (Foucault) en tant qu’activité langagière socialement située et l’analyse du discours (Bonnafous et Temmar), notre approche se situe de plein pied dans l’interculturel (ex : adaptations hollywoodiennes de classiques britanniques) et l’interdiscursif ( ex : discours économique et discours sur les arts, anthropologie des images) et tente de cerner ce qui relève d’une dynamique de l’ « encontre » (« performative encounters » [Rosello]) que la langue française pense avec la répétition, le retour (r-encontre).

 

1. Discours (langues, oralité, cognition)

 

1.1. Mise en rapport des discours entre apprenants français et anglais

Porteur du projet : Pascale Leclercq

 

1. 2. De la perception à la production orale (POP : from Perception to Oral Production) 2013-2015

Porteurs du projet : Cécile Poussard

 

1. 3. La phonologie de l’anglais contemporain

Porteur du projet : Phil Carr

 

I. 4 Langue, Ville, Travail, Identité

Porteur du projet : Phil Carr

 

2. Médiations (langues, littératures, lieux de culture)

 

2.1 Poetry/Translation/Film – Poésie/Traduction/Film

Porteurs du projet : Vincent Dussol et Adriana Şerban

 

2.2 Pratique du traducteur

Porteur du projet : Laurence Petit 

 

2.3 Key Cultural Texts : Contemporary Children’s literature in translation

Textes culturels clés : Littérature contemporaine de jeunesse en traduction

Porteurs du projet : Paola Artero et Adriana Şerban

 

2.4 Géographies critiques / Critical Geographies

Porteur du projet: Claire Omhovère

 

2.5 « The Many Faces of Slavery: Non-traditional Slave Experiences in the Atlantic World »

Responsable : Lawrence Ajé

 

 

3. Transactions (images, textes, sociétés)

 

3.1 Que fait l’image ?

Porteur du projet : Mathilde Arrivé

 

3.2 Adaptations filmiques : aspects socioculturels

Porteur du projet : Luc Bouvard

 

3.3 Le passé fait retour

Porteurs du projet : Marianne Drugeon

 

3. 4 Inter : « Ce qui se trouve entre » 

 Porteurs du projet : Claude Chastagner 

 

3. 5 « Spoken Words and Bluesology » : Autour de Gil Scott-Heron

Porteurs du projet : Vincent Dussol et Claudine Raynaud

 

            3. 6. Représentations du capitalisme

               Porteurs du projet Vincent Dussol et Jacques-Henri Coste

 

3. 7. Questions identitaires

               Porteurs du projet : Anne-Marie Motard et Marc Lenormand