ECHOES & REMANENCE OF 1968 IN THE ARTS OF THE UNITED STATES

CALL FOR PAPERS 

ECHOES & REMANENCE OF 1968 IN THE ARTS 

OF THE UNITED STATES

Université Paul-Valéry Montpellier 3, France

November 15, 2019

Symposium cosponsored by CAS EA 801 (UT2J) and EMMA (Paul-Valéry Montpellier 3) 

Organized by Zachary Baqué, Claude Chastagner, Émeline Jouve 

This symposium follows a first one held in Toulouse on November 22, 2018, devoted to the politics of the arts in the United States in 1968. This second day considers the artistic and cultural impact of this particular year.

The first edition highlighted, through presentations on film, theater, drawing, literature, poetry, and popular music, the specificity of artistic creation in the United States in 1968 and established some of its characteristics (political commitment, especially alongside African-Americans, formal experimentation, a focus on the social environment, emergence of new issues), while drawing attention to its ambivalence and ambiguities.

This second day aims at extending the reflection to the post-1968 period. Can the characteristics revealed for the year 1968 be found again later, amplified or transformed? Did they have a lasting impact on artistic production? Were art policies altered? What became of formal questioning, of the attempts to decompartmentalize practices, of the various forms of political and social commitment? Did they have a lasting impact on the country’s artistic practices and policies? Would they be observable even in contemporary forms? Could we then subscribe to Catherine Itzin’s analysis in which 1968 dramatically marks the end of a period and the dawn of a new era?

To what extent were these experiments, on the contrary, only the product of a moment, of short-lived experiences? Should we think, like Alan Wald, that “wanting to find a particular year when these movements would have been at the peak of their power [...] makes it impossible to understand their specificity and their interaction”? That, in the end, the evolution of artistic policies and practices since the sixties is only a gradual process, not a revolution?

Such are the questions that are posed: the specific issue of the formal, theoretical or thematic remanence of practices and experimentation whose origin could be set at a specific moment versus the more complex one of the very possibility of filiation and transmission, of the modalities that such processes could take, and of the role of institutions (the media, education, politics, and religion, etc.) in the transmission of practices and the implementation of artistic policies.

Depending on what one believes they made of the cultural heritage of 1968, the following decades can be organized in different periods: dilution in mainstream commercial culture or return to the old order (the theory of the “backslash”) in the immediate after-1968, a timid rehabilitation in the nineties, before the dismissal triggered by the new millennium that seem only partly compensated by the aseptic borrowings or commemorations of the current decade.

If there has been an impact, the opinions as to its value are subject to very different assessments. In Allan Bloom’s view, the legacy of 1968 boils down to a destructive and nihilistic counterculture based on drug use and sexual experimentation. Daniel Bell, though much more nuanced in his judgment, nevertheless believes that the counterculture culminating in 1968 was totally devoid of originality and merely recycled the avant-gardes of the early twentieth century. This is evidenced by the questioning at various earlier periods, in the name of hedonism and individualism, of the bourgeois cultural order and the principles of frugality and deferred gratification. The counterculture of the late sixties, in his eyes, produced “no aesthetic revolution worthy of the name” merely ushering in an unconvincing form of modernism characterized by the pursuit of pleasure and the satisfaction of instincts. Beyond these conservatives, former activists of the movement turned neo-conservatives, like Peter Collier or David Horowitz, criticize the megalomania of the radical theorists of the late 1960s and blame their failure on the rise of identity politics; Conservative academics like John Harmon McElroy, lambast 1968 was the apex of a form of anti-Americanism, a rejection of the capitalist and Christian roots of American culture, claiming that the culture wars were fought, and that contrary to the disillusioned and pessimistic positions of former activists, the counter-culture won. On abortion, gay rights, identity politics, and on affirmative action, the legacy of 1968 is undeniable. McElroy contends that “political correctness” was the means used to impose these upheavals, through the “intimidation” of American society with accusations of racism, sexism, and harassment of all kinds.

Yet it is paradoxically the Left that most seriously doubts the results of the decade and the impact of its most momentous year, 1968. From Todd Gitlin (former President of the Students for a Democratic Society) to Maurice Isserman, many express a disappointment, and even bitterness, towards the radicalism that emerged at the end of the decade, on which they blame the failure of the movement. Yet, if the New Left has gradually disappeared, activists and cultural experimentalists have obtained or imposed a significant proportion of what they asked for (with varying degrees of success); the artistic explorations themselves stretched over the next decades.

But even if one subscribes to the analysis that makes 1968 a year that marked the subsequent artistic policies in a lasting and positive way, what becomes of experimental art when it becomes commonplace, when the general public and the market place co-opt them, when it is no longer supported by protest movements? Can one observe a correlation, in terms of themes or practices, between the disillusionment, the pessimism and the despair of post-68 artists and the artistic production of the decades that followed? How can one explain the persistence of an interest, including among Millenials, for the most radical forms put forward in 1968? Can this interest be dismissed as a fad, as the result of media or commercial strategies, and of the baby boomers’ impact world in the decision-making process as they rose to positions of power (in politics as well as in the art world) in the last decades?

The papers will focus on two main areas:

1.The impact of the year 1968 (in terms of influence, borrowing, détournementaggiornamento, etc.) on the cultural policies and practices of the following decades. Examples include Stanley Kubrick’s 2001: A Space Odyssey, which sparked a wave of sci-fi-influenced auteur movies, the Broadway debut of the musical Hair, a seminal moment in terms of the representation of sexuality and ethnicity, or the creation of Apple Records, highlighting the determination of artists to gain control of their careers.

2.The contemporary representation and reinterpretation of the events of 1968: see, for example, the current exhibition on the death of Robert Kennedy which includes, among others, June 7, 1968; the documentary series produced by Netflix in 2018, Robert Kennedy for President; songs such as 1960 What? by Gregory Porter (2010); or Philip Roth’s novel American Pastoral (1998).

The politics of the arts after 1968 can be explored along various lines, in particular:

-its relationship with social protest movements

-inventiveness and formal creativity

-the emergence of new theoretical approaches

-the reactions of the institutions and of the political class

-the role of private and public cultural policies and institutions

-the changing relationship with the media and the general public and the role of gate-keepers

-links to educational policies

-the evolution of commercial artistic strategies

Papers may consist of case studies or more global analyses. Transdisciplinary and transnational approaches are welcome.

Proposals, in French or English, must be sent before April 30, 2019 to:

Zachary Baqué <zachary.baque@univ-tlse2.fr>

Claude Chastagner <claude.chastagner@univ-montp3.fr>

Emeline Jouve <emeline.jouve@univ-jfc.fr 

They will be limited to 400 words, and include a short bio. 

Scientific committee: Monica Michlin (Paul-Valérie Montpellier), Aurélie Guillain (Toulouse Jean-Jaurès), Anne Stéfani (Toulouse Jean-Jaurès)

 

APPEL À COMMUNICATIONS 

L’APRÈS 1968 : ÉCHOS & RÉSONANCES DANS LES ARTS 

AUX ÉTATS-UNIS 

Université Paul-Valéry Montpellier 3

Vendredi 15 novembre 2019

 Journée d’études organisée par le CAS – EA 801 (UT2J) et EMMA (Paul Valéry – Montpellier 3)

 Organisation : Zachary Baqué, Claude Chastagner, Émeline Jouve 

Cette journée d’études fait suite à une première rencontre organisée à Toulouse le 22 novembre 2018, consacrée à la politique des arts aux États-Unis en 1968. Cette seconde journée envisage l’impact artistique et culturel de cette année particulière.

La première édition a permis de souligner, à travers des présentations consacrées au cinéma, au théâtre, au dessin, à la littérature, à la poésie et à la musique populaire, la spécificité de la création artistique aux États-Unis en 1968 et en a dessiné quelques caractéristiques (engagement politique, en particulier aux côtés des Africains-Américains, expérimentation formelle, attention à l’environnement social, émergence de nouvelles problématiques), tout en attirant l’attention sur son ambivalence et ses ambiguïtés.

Cette seconde journée souhaite étendre la réflexion à l’après 1968. Les caractéristiques dégagées quant à l’année 1968 se retrouvent-elles ensuite, amplifiées ou transformées ? Ont-elles eu une incidence sur le travail des artistes ? Les politiques des arts en ont-elles été modifiées ? Que sont devenues les remises en question formelles, les tentatives de décloisonner les pratiques, les diverses formes d’engagement politique et social ? Ont-elles marqué durablement les pratiques et politiques artistiques du pays ? Leur trace serait-elle observable jusque dans des formes contemporaines ? Pourrions-nous alors souscrire à l’analyse de Catherine Itzin pour qui 1968 marque de façon spectaculaire la fin d’une période et le début d’une ère nouvelle ?

Dans quelle mesure ces expériences n’ont-elles été, au contraire, que le produit d’une conjoncture, des expériences sans lendemain ? Devrait-on, à l’instar d’Alan Wald, estimer que « vouloir trouver une année particulière où ces mouvements se seraient trouvés à l’apogée de leur puissance […] empêche de comprendre leur spécificité et leur interaction » ? Qu’en définitive l’évolution des politiques et pratiques artistiques depuis les années soixante n’est qu’un processus graduel, sans point de départ particulier, sans moment de rupture initial ?

Telles sont donc les questions qui sont posées : celle, spécifique, de la rémanence formelle, théorique ou thématique de pratiques et d’expérimentation dont l’origine pourrait être fixée à un moment spécifique et celle, plus complexe, de la possibilité même d’une filiation et d’une transmission, et des modalités que de tels processus pourraient prendre. Ce qui pose alors le rôle des institutions (médias, milieu éducatif, responsables politiques et religieux, etc.) dans la transmission des pratiques et la mise en place des politiques artistiques.

 En fonction de la place qu’on estime qu’elles ont accordée à l’héritage culturel de 1968, les décennies qui suivent peuvent être organisées en différentes périodes : dilution dans la culture mainstream commerciale ou retour à l’ordre ancien (le fameux « retour de bâton » ou backlash) dans l’immédiat après-1968, timide réhabilitation au cours des années quatre-vingt-dix, avant l’oubli engendré par le nouveau millénaire que ne compensent qu’en partie les emprunts ou les commémorations aseptisés de la décennie actuelle.

Si impact il y a eu, les avis quant à sa valeur font l’objet d’appréciations très contrastées. Pour Allan Bloom, dont The Closing of the American Mind a fait l’objet d’une nouvelle édition en français en 2018, l’héritage de 1968 se résume à une contre-culture destructive et nihiliste fondée sur la consommation de drogue et l’expérimentation sexuelle. Daniel Bell, bien plus nuancé dans son jugement, estime néanmoins que la contre-culture qui culmine en 1968 est totalement dépourvue d’originalité et n’est que le recyclage des avant-gardes du début du xxe siècle. Il en veut pour preuve la remise en question, au nom de l’hédonisme et de l’individualisme, de l’ordre culturel bourgeois et des principes de frugalité et de gratification différée, remise en question qu’on retrouve à différentes périodes antérieures. La contre-culture de la fin des années soixante n’aurait par ailleurs produit « aucune révolution esthétique digne de ce nom ». Elle n’aurait mis en place qu’une forme peu convaincante de modernisme où ne subsisteraient que la recherche du plaisir et la satisfaction des instincts. Il faut ajouter à ces critiques conservatrices les attaques livrées par d’anciens activistes devenus néo-conservateurs comme Peter Collier ou David Horowitz qui s’en prennent à la mégalomanie des théoriciens radicaux de la fin de la décennie et en impute l’échec à la montée des politiques identitaires. Certains conservateurs vont plus loin. Pour John Harmon McElroy, 1968 a constitué l’apex d’une forme d’anti-américanisme, un rejet des racines capitalistes et chrétiennes de la culture américaine. C’est une véritable guerre culturelle qui aurait eu lieu et contrairement au discours désabusé et pessimiste des anciens militants, ce serait bien la contre-culture qui aurait gagné. Avortement, mariage gay, politiques identitaires, affirmative action, l’héritage de 1968 est indéniable. Il s’est accompagné, ajoute McElroy, de la political correctness chargée d’imposer ces bouleversements en intimidant la société américaine par des accusations de racisme, de sexisme et de harcèlements en tous genres, accusations qu’on retrouve pour certaines exacerbées à l’époque contemporaine.

C’est paradoxalement à gauche qu’on rencontre le plus de doutes quant au bilan de la décennie et à l’impact de son année phare. On perçoit, de Todd Gitlin (ex-président de l’organisation Students for a Democratic Society) à Maurice Isserman, une déception, une amertume presque vis-à-vis du radicalisme de la fin de la décennie qu’ils jugent destructeur et auquel ils imputent en partie l’échec du mouvement. Pourtant, si la Nouvelle Gauche disparaît progressivement, les activistes et les expérimentateurs culturels ont obtenu ou imposé une proportion non négligeable de ce qu’ils réclamaient et de fait, à des degrés divers et avec plus ou moins de réussite, les explorations artistiques se prolongent sur les décennies suivantes. 

 Néanmoins, même si l’on souscrit à l’analyse qui fait de 1968 une année qui marque durablement et positivement les politiques artistiques ultérieures, que deviennent les expérimentations quand elles se banalisent, quand le grand public et le commerce s’en emparent, quand elles ne sont plus portées par des mouvements de contestation ? Observe-t-on une corrélation, en termes de thématiques ou de pratiques, entre la désillusion, le pessimisme et le désespoir de l’après-68 qu’affichent certains artistes et la production artistique des décennies qui suivirent ? Comment expliquer la persistance de l’engouement, y compris au sein des nouvelles générations, pour les formes les plus radicales mises en avant en 1968 ? Ne s’agit-il que d’un effet de mode, du résultat de stratégies médiatiques ou commerciales, de la prégnance de la génération des baby-boomers dans les processus décisionnels ? 

Les communications pourront porter sur deux axes principaux :

  1. L’impact de l’année 1968 (en termes d’influence, d’emprunt, de détournement, d’aggiornamento, etc.) sur les politiques et pratiques culturelles des décennies suivantes. On pourra citer par exemple la sortie de 2001, L’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick, à l’origine d’une vague de films d’auteurs influencés par la science-fiction, les débuts à Broadway de la comédie musicale Hair, qui marquera par sa représentation de la sexualité, son irrévérence et sa distribution ethniquement mixte ou la création d’Apple Records, prise en main par les artistes eux-mêmes des aspects économiques de leur carrière.
  2. La représentation a posteriori des événements de 1968 et leur relecture contemporaine : voir, par exemple, l’exposition actuelle sur la mort de Robert Kennedy qui inclut, entre autres, June 7, 1968, le film de Philippe Parreno, la série documentaire proposée par Netflix en 2018, Robert Kennedy for President, des titres tels que 1960 What? par Gregory Porter (2010), ou bien que plus ancien, le roman de Philip Roth, American Pastoral (1998).

La politique des arts de l’après 1968 pourra s’envisager en fonction de différentes thématiques, en particulier : 

  • son rapport avec les mouvements de contestation sociale
  • l’inventivité et la créativité formelle
  • l’émergence de nouvelles approches théoriques
  • les réactions des institutions et de la classe politique
  • le rôle des politiques culturelles privées et publiques
  • la modification du rapport avec les médias et le grand public et la place des médiateurs et des récepteurs
  • son lien aux politiques éducatives
  • l’évolution des stratégies artistiques commerciales

Les communications pourront consister en des études de cas ou proposer des analyses transversales. Des approches transdisciplinaires et transnationales sont bienvenues. 

Les propositions de communication, en français ou en anglais, doivent être envoyées avant le 30 avril 2019 à :

Zachary Baqué <zachary.baque@univ-tlse2.fr>

Claude Chastagner <claude.chastagner@univ-montp3.fr>

Emeline Jouve <emeline.jouve@univ-jfc.fr>

Les propositions n’excèderont pas 400 mots et seront impérativement accompagnées d’une notice bibliographique. Afin de permettre les échanges et la discussion, il sera demandé aux communicants de ne pas dépasser une durée de vingt minutes pour leur présentation.

Comité Scientifique : Monica Michlin (Paul-Valérie Montpellier), Aurélie Guillain (Toulouse Jean-Jaurès), Anne Stéfani (Toulouse Jean-Jaurès)