Thème 3 : Faire commun

Thème 3 : Faire commun

Avec le commun s’ouvre un champ d’investigation à entrées multiples propres à favoriser des synergies entre chercheurs venus d’horizons divers au sein des disciplines de l’anglistique et, au-delà, à encourager l’inter- et la transdisciplinarité (géographie, anthropologie, sociologie, etc.). Autour du commun s’agrège la multiplicité des individus, des histoires et des cultures. De ce point de vue, le commun se distingue de l’universel dans la mesure où les individualités peuvent se reconnaître dans le premier sans avoir à renoncer à ce qui fonde leur particularité (Dardot et Laval). En s’interrogeant sur les modalités du commun, soit comment « faire commun », on cherchera à cerner la manière dont le multiple se stabilise en un collectif : à travers quelles épreuves mais aussi quels échanges prend-il forme ? Quelles représentations ou formes d’expression lui confèrent-elles sens ? Comment le commun se définit-il et se réinvente-t-il d’une époque à l’autre dans les pays de langue anglaise?

Le commun sera abordé à partir des crises contemporaines (politique, écologique, sociale) qui affectent les systèmes politiques, produisant des fractures multiples et suscitant l’émergence ou le retour de conceptions de la collectivité (communauté, peuple) qui constituent autant de lignes de polarisation, et autant de problématisations de la façon dont il est possible et souhaitable de « faire commun ».

Ce processus complexe sera également examiné à l’aune des mécanismes en jeu dans la production d’une identité commune, à l’échelle du groupe comme de la nation. Ceux-ci peuvent être approchés par une analyse des imaginaires culturels qui se déploient aussi bien dans le débat politique que dans les productions artistiques – que celles-ci émanent de groupes minoritaires ou bien des industries culturelles. 

Enfin, on s’intéressera aux pratiques qui s’emploient à « faire commun » ou interrogent les conditions de sa possibilité. C’est tout particulièrement le cas de pratiques artistiques engagées à dimension participative ou citoyenne, du théâtre au cinéma, mais c’est aussi une question posée à des formes de théorisation ambitionnant de rendre compte de la modernité de manière totalisante.

theme_3_faire_commun_-_emma_2021-2025.pdf