Thème 2 : L'(inter)agir

Thème 2 : L'(inter)agir

Ce thème interdisciplinaire rassemble des spécialistes de linguistique, de didactique, de traduction, de littérature, d’histoire des idées culturelles et visuelles, de cinéma, d’études théâtrales et de séries télévisées. Il s’intéresse à toutes les formes et représentations d’activités sémiotiques humaines (et non-humaines) productrices de sens, prenant la perspective de l’inter-agir comme point de départ : c’est en effet la relation entre producteurs, corpora et récepteurs qui est au cœur de ce thème qui déclinera toutes les modalités du « faire », que ce soit « agir », « faire agir » ou « inter-agir » dans un environnement culturel et un contexte social et médiatique spécifique. Il s’agira d’apporter un éclairage nouveau sur les notions d’autonomie, d’agentivité (agency), d’autorité, de pouvoir mais également d’« agir ensemble » et d’intersubjectivité.

Seront dès lors étudiés les phénomènes d’influence sur l’autre et d’« agir social » des mots, des images, des fictions littéraires ou télévisuelles sur le récepteur (interlocuteur, lectorat ou spectateur). Si ce pouvoir distribué entre producteur et récepteur mis en jeu dans ce qu’on pourrait appeler une « écologie des images » est apte à faire agir ou réagir, il en est de même pour les séries télévisées qui agissent comme des catalyses ou des relais, fabriques d’imaginaires capables de générer des comportements, anticiper des peurs, et embrayer des affects ou croyances, en particulier lorsqu’elles se focalisent sur l’interagir entre humains et post-humains et font se confronter intelligence/langage humains et intelligence artificielle.

L’(inter)agir se conçoit également comme immersion dans un pays étranger (pour les étudiants en situation d’échange) et comme immersion dans la cité. Ce thème met en scène des interactions innovantes avec d’autres acteurs sociaux que les acteurs universitaires en faisant inter-agir des professionnels du théâtre (metteurs en scènes, acteurs) mais également de la traduction (traducteurs en exercice) afin de faire de la recherche autrement. L’(inter)agir avec la cité prend aussi la forme de mise en « action » du corps en mouvement dans la ville de Montpellier, alliée au développement d’une compétence (l’écriture).  

Enfin, l’(inter)agir s’envisage au-delà des barrières disciplinaires pour repenser la méthodologie de la recherche elle-même en « agissant » avec ou sur d’autres disciplines. L’étude d’un objet donné implique en effet la mise en interaction de diverses disciplines (psychologie, science cognitive, sociologie) afin de mettre en lumière les différents aspects du phénomène. Mais il pose aussi la question de l’inter-action qui résulte de l’adaptation d’un médium à un autre liée à des évolutions techniques mais également à l’émergence de nouveaux contextes politiques et sociaux.

theme_2_linteragir_-_emma_2021-2025.pdf