Thème 1 : Matérialités

Thème 1  : Matérialités

‘Au commencement était la matière’ : c’est ce que soutiennent aujourd’hui les biologistes tout comme le soulignait la mythologie grecque. Ce thème rassemble des spécialistes de littérature et de traduction et il se donne pour objectif l’étude de la matérialité, de ses origines culturelles et théoriques, mais aussi de ses modalités d’inscription dans la production anglophone moderniste et contemporaine. Il se reconnaît largement du courant du néo-matérialisme, tel qu’il a été défini, entre autres, par Coole et Frost, ou encore Bennett. Ces dernières insistent sur l’aspect animé et vibrant de la matière qu’elles considèrent comme une nouvelle tendance de la théorie et de la culture contemporaines. Elles voient l’avènement du néo-matérialisme comme double réaction à l’idéalité et à la rationalité portées par la tradition philosophique et par le cultural turn qui a mis l’accent sur le discours et sur la culture. Elles opposent également cette tendance au cartésianisme, qui postule la position dominante du sujet pensant, et relèvent des affinités avec le néo-vitalisme de Deleuze qui abandonne la terminologie de la matière comme substance inerte et uniquement soumise à des forces extérieures. Pour elles, en substance, le néo-matérialisme favorise la productivité et la résilience de la matière.

Par ailleurs, le néo-matérialisme encourage à voir la matière comme le siège d’une agentivité, ce qui conduit à souligner la dimension biopolitique et bioéthique du néo-matérialisme qui prend en compte l’humain, mais aussi et surtout son environnement, en un déplacement de la perspective moderne. Ce sont ainsi les aspects ordinaires de la vie quotidienne mais aussi les structures socio-économiques et géopolitiques que cet intérêt pour la matérialité, naguère frappée d’un coefficient d’invisibilité, place au centre des préoccupations des auteurs contemporains. La matérialité implique toujours quelque chose de plus que la seule matière : elle est douée de force, de vitalité, d’agentivité et de relationnalité, et c’est cette expérience que captent les textes, qu’il s’agisse de présentation de la guerre, du féminisme, du trauma des migrations, de la vulnérabilité des paysages, de l’Anthropocène, entre autres thématiques.

Les tenants anglo-saxons du néo-matérialisme, tout comme Pelluchon ou Latour de ce côté-ci de l’Atlantique, rejettent les dichotomies strictes et postulent diverses porosités : entre le sensible et le non sensible, mais aussi entre le monde socio-économique et les problèmes environnementaux, ou encore entre les disciplines : médecine/biologie et SHS (sciences politiques, sociologie, etc.). Ce faisant, la théorie néo-matérialiste promeut l’interdisciplinarité et place le corps/la corporalité au cœur des débats éthiques et politiques, ce qui permet aux chercheurs du thème 1 de prolonger des travaux entrepris dans les précédents contrats.

theme_1_materialites_-_emma_2021-2025.pdf